Conseils de santé & Services officinaux

Publicité

Publicité

Pharmaxie ne créé pas d'article. Pharmaxie héberge les articles

Article de santé

Catégorie : Divers Nouvelle recherche
Note
 

Veines

Comme de nombreuses personnes, il vous arrive de vous plaindre de vos jambes. Qu'il s'agisse de pesanteurs douloureuses, de picotements, de gêne, de rougeurs, de gonflements des chevilles, d'élancements... toutes ces manifestations fréquentes sont souvent en relation avec une mauvaise circulation veineuse.

Comment le sang circule t’il dans les veines ?

Comment fonctionnent les veines de nos jambes ?

Pourquoi des troubles de la circulation veineuse superficielle ?

Pourquoi vous ?

Quels symptômes doivent vous alerter ?

Comment se traiter ?

Quelles bonnes habitudes adopter ?

Quelles mauvaises habitudes combattre ?

Quels traitements médicaux ?


Comme de nombreuses personnes, il vous arrive de vous plaindre de vos jambes. Qu’il s’agisse de pesanteurs douloureuses, de picotements, de gêne, de rougeurs, de gonflements des chevilles, d’élancements... Toutes ces manifestations fréquentes sont souvent en relation avec une mauvaise circulation veineuse.


Comment le sang circule t’il dans les veines ?


circulation_sanguine.jpg

Le sang, propulsé par le coeur, chemine par nos artères vers l’ensemble de nos organes qu’il irrigue.
De là, il retourne jusqu’au coeur par les veines ; c’est la "circulation de retour".
Dans les artères, le coeur constitue le moteur principal de la circulation.
Pour les veines, il en va autrement. 
En effet, en position debout, la "pesanteur" ralentit la circulation veineuse qui remonte vers le coeur. C’est en partie grâce à l’action des muscles du mollet, "véritable pompe musculaire, que le sang retourne jusqu’au coeur.
C’est pourquoi la marche constitue un exercice très favorable au bon fonctionnement de la circulation veineuse alors que l’immobilité lui est néfaste.


Comment fonctionnent les veines de nos jambes ?


veine.jpg

Les veines de nos jambes sont organisées en deux réseaux :
- un réseau de veines profondes dissimulées à l’intérieur des muscles et donc invisibles ;
- un réseau de veines superficielles, parfois visibles sous la peau où elles apparaissent sous forme de filets bleuâtres.
Ces deux réseaux communiquent largement entre eux par de nombreuses voies d’échange.
Pour que le sang ne reflue pas sous l’effet de la pesanteur lorsque nous sommes debout, l’ensemble du système veineux des jambes est équipé d’un système de valvules anti-reflux très performant.


Pourquoi des troubles de la circulation veineuse superficielle ?


Dans certaines circonstances les valvules ne sont plus étanche ; les veines souffrent et les troubles s’installent. Il est utile de bien connaître les facteurs responsables de ces désordres : certains métiers imposent de rester longtemps  debout et immobile : les repasseuses, les infirmières, les hôtesses, les dentistes,... qui travaillent debout et marchent peu, souffrent souvent de troubles circulatoires.
Pour des raisons comparables, le piétinement, la vie sédentaire, les longs voyages en avion, en train ou en autocar ont le mêmes effets.
Le cycle hormonal de la femme et ses variations peuvent aussi être responsables de mal-être d’origine veineuse.
La constipation est préjudiciable au bon fonctionnement de votre circulation veineuse car elle provoque une augmentation de pression abdominale qui vient contrarier le retour du sang veineux vers le coeur.
L’exposition prolongée des jambes à la chaleur nuit aussi à la circulation : les bains de soleil, le chauffage des voitures..., ont de même des effets fâcheux.

SL00629_1.gif

Pourquoi vous ?


Une femme sur deux et un tiers des français souffrent de leurs jambes. L’hérédité joue en rôle important. Si votre mère ou vos parentes (grand-mères, tantes, soeurs...) ont des varices ou se plaignent de leurs jambes, vous avez plus de risques d’en souffrir aussi.
La grossesse et les autres périodes critiques de la vie féminine (puberté, contraception, ménopause) jouent aussi un rôle primordial ; elles peuvent provoquer l’apparition de troubles veineux chez les femmes jusqu’alors  indemnes ; elles aggravent l’état de celles qui en souffraient déjà.
Certains autres facteurs favorisent l’apparition ou l’aggravation des troubles, surtout  s’ils sont associés entre eux : la chaleur, la sédentarité, l’excès de poids ou la constipation. Il faut les connaître car il est possible de les combattre pour en limiter les effets.


Quels symptômes doivent vous alerter ?


La sensation de pesanteur des jambes est l’une des plaintes les plus précoces et les plus fréquentes
Elle est souvent associée à d’autres troubles : picotements, gêne, rougeurs, sensations de gonflement des chevilles...
Les varices et les petites dilatations veineuses ( les varicosités) sont les signes les plus visibles; mais il n’est pas souhaitables d’attendre qu’ils soient installés pour s’en préoccuper.
Si vous ne savez pas quelle attitude adopter, n’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.


Comment se traiter ?


Dès les premiers troubles, même discrets, il est utile de prendre les bonnes décisions, surtout si vous avez des craintes d’ordre personnel ou une prédisposition familiale.
Des règles hygièno - diététiques simples et efficaces constituent un bon moyen de lutter contre la souffrance veineuse.
Votre pharmacien est bien placé pour vous conseiller et, s’il le juge nécessaire, vous suggérer de consulter un médecin.
En tout état de cause, mieux vaut prévenir que guérir.
Quelques "bons conseils pour mauvaises jambes" vous aideront à limiter les risques.


Quelles bonnes habitudes adopter ?


Pour soulager vos malaises et réduire l’inconfort qu’ils provoquent, vous devez sans tarder, adopter de bonnes habitudes :


Lutte contre la sédentarité et pratique du sport :

La marche (avec des chaussures à talons larges et ne dépassant pas 4 cm de hauteur, dont la semelle résiste à la torsion) est l’exercice de choix pour activer la circulation veineuse. Il convient de parcourir chaque jour une bonne distance, d’un pas de promenade, alerte et soutenu, pour en retirer un bénéfice appréciable.
Évitez le piétinement, le lèche vitrine"
Les sports paisibles : La natation, le vélo, la gymnastique pratiquée "en douceur" sont également conseillés. 
Chacun peut choisir son rythme, sa fréquence et ses horaires.


Le repos des jambes :

  • - Évitez les facteurs d’aggravation de la souffrance veineuse : la chaleur, la sédentarité, l’excès de poids, la constipation...
  • - Pensez à marcher, à bouger ; préférez le mouvement à l’immobilité; montez les étages à pied plutôt qu’en ascenseur,
  • - Rafraîchissez vos jambes par des douches fraîches
  • - Surélevez les pieds de votre lit (avec une cale de 15 cm au moins)
  • - Les bas de confort, aujourd’hui assez seyants, sont agréables à porter. Ils seront plus efficaces si vous prenez la précaution de les enfiler avant le lever et de les garder toute la journée.


Les massages de jambes :

Dès la saison chaude, lorsque vos jambes sont pesantes, douloureuses, prenez soin de la masser, matin et soir avec une crème apaisante ; appliquer la en massages légers, en remontant des pieds vers les genoux.

jambes.gif

Une alimentation choisie

  • -Choisissez de préférence une alimentation à base de fruits et de légumes riches en fibres et en vitamines
  • - Buvez abondamment (1.5 litre d’eau par jour)
  • - Evitez les repas lourds, peu digestes ou trop copieux

Panfrui3.png

Les bonnes "formes"

  • - L’embonpoint et les excès de poids multiplient les inconvénients pour votre circulation veineuse et aggravent les symptômes de souffrance veineuse
  • - Perdez les kilos superflus et surveillez votre ligne, si vous souffrez de vos jambes


Quelles habitudes faut-il combattre ?


Il est bon de respecter quelques règles simple pour conserver des jambes "sans soucis"


La sédentarité et la station debout

Il est indispensable, si votre activité vous contraint à rester longtemps debout, de se dégourdir les jambes dans le journée, au moins toutes les deux heures. Pratiquez des mouvements des pieds et des chevilles ou marchez quelques pas, d’une allure rapide.


Les sports à maîtriser

La pratique de certaines activités sportives peut exposer votre système veineux à un risque accru :
- sports de haute compétition,
- sports violents comme le tennis ou le squash,
- sports d’équipe (foot, handball, basket...), où vous risquez de recevoir des coups...
- sports de combat qui soumettent le système veineux à rude épreuve.


Attention à la chaleur

La chaleur ne favorise pas la circulation veineuse : elle provoque en effet une dilatation du réseau veineux superficiel et donc un ralentissement de la circulation à ce niveau. Pour en réduire les effets, éloignez vos jambes des sources de chaleur.
-Évitez les bains de soleil, les bains chauds, le chauffage par le sol, le chauffage en voiture... N’hésitez pas à utiliser la douche froide.


Pas de vêtements serrés

Les vêtements serrés "Jeans" étroit, bottes, jarretelles... sont à proscrire en cas de souffrance veineuse : ils gênent la circulation et sont facteur aggravant.


Quels traitements médicaux ?


Certains médicaments ont pour rôle de renforcer le "tonus" de vos veines et de réduire les sensations désagréables. N’utilisez pas de médicaments sans un avis compétent : prenez conseil auprès de votre pharmacien ou de votre médecin.